SE LANCER AVEC UNE COOPÉRATIVE D'ACTIVITÉ
Comment j'ai élaboré mon projet entrepreneurial et me suis lancée en limitant les risques grâce à une coopérative d'activité.
Coopérative d'activité, entrepreneuriat, emploi, Bruxelles
22270
post-template-default,single,single-post,postid-22270,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.5,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.4,vc_responsive
EKKO STUDIO Coopérative d'activité

Se lancer avec une coopérative d’activité

Savais-tu que l’an dernier 89.777 entreprises ont été créées en Belgique ? C’est un record ! Dans de nombreux cas, il en est ressorti que l’accompagnement était souvent la clé du succès. Une coincidence ? Certainement pas !

Mes raisons en tête et ma lettre de démission rendue, j’étais angoissée mais j’avais un plan. Un tout petit plan, une idée, un concept, qu’il s’agissait à présent de développer au mieux. J’avais fait la liste des choses que j’aimais faire et qui étaient susceptibles d’être exploitées dans le cadre de la création de ma future activité mais ce n’était pas encore très clair pour moi.

 

Au cours de mes années d’études, j’avais obtenu un diplôme en communication, un autre en langues et traduction et, tout récemment, un troisième en infographie. Cela représentait beaucoup de domaines différents et je sentais bien que j’étais en train de m’éparpiller, je ne savais pas comment et par où commencer. Je me suis rapidement rendu compte que j’avais besoin d’aide pour mettre de l’ordre dans tout ça, il me fallait établir une véritable stratégie de combat.

 

 

À l’époque, j’avais 3 peurs principales:

 

 

  • Perdre l’argent que j’avais économisé avant de démissionner (tu n’as pas encore lu l’article ? C’est par ici)

 

  • Ne pas trouver de concept suffisamment intéressant et perdre mon temps

 

  • Échouer (alors que je n’avais même pas commencé, va savoir !)

 

Un peu perdue, je me suis alors renseignée sur internet et un beau jour, lors d’une séance d’informations organisée par ACTIRIS, j’ai découvert l’existence d’une coopérative d’activité appelée Job Yourself et dont le slogan semblait fait pour moi:

Développez et testez votre activité sans risque, en étant accompagné(e) 

Wow, ça semblait presque trop beau pour être vrai. À ce moment-là, je me souviens de m’être soudainement sentie soulagée: il existait donc une structure pour aider les aspirant(e)s entrepreneur(e)s comme moi à se lancer sans prendre de risques.

 

 

 

 

 

 

Par contre, pour espérer rentrer dans le programme, il y avait quelques conditions (aïe):

 

 

  • Avoir un projet entrepreneurial 

 

  • Être chômeur complet indemnisé ou allocataire CPAS

 

  • Vivre dans la région de Bruxelles-Capitale ou souhaiter y installer sa future activité

 

  • Démontrer des compétences et de l’expérience liées à son projet

 

  • Bénéficier de l’accès à la profession si nécessaire

 

  • Disposer de l’accès à la gestion ou s’engager à l’obtenir avant la sortie de la coopérative d’activité

 

 

Ouf, je remplissais les conditions (même si mon projet devait encore être défini !). En quelques clics, je m’étais inscrite à l’une de leurs séances d’informations et une petite semaine plus tard, je me retrouvais autour d’une table, avec une vingtaine d’autres personnes, là pour les mêmes raisons que moi. L’information était claire, l’intervenante sympathique et j’ai adoré entendre les gens expliquer leur projet en quelques mots. Des idées aussi diverses qu’intéressantes, des concepts parfois un peu fous et des gens inspirés, mon projet n’était peut-être pas mal non plus, après tout !

 

Il ne m’en fallait pas plus et quand je suis rentrée chez moi, j’étais emballée mais je savais qu’il allait falloir définir davantage mon projet et lui trouver un nom (je t’explique comment j’y suis parvenue dans mon article « Comment trouver un nom pour ton business« ).

 

Mon entrée au sein de la coopérative s’est donc faite en 3 phases:

 

 

  • Séance d’information en groupe (tu peux consulter la présentation de la séance ici ou ici pour le secteur de la construction)

 

  • Envoi d’un dossier de « candidature » (assez basique) téléchargeable sur le site de Job Yourself 

 

  • Premier rendez-vous avec un coach pour faire connaissance et évaluer ensemble tes motivations, ton projet, tes attentes… (NB: Même si ton projet n’est pas parfaitement défini, pas de panique, tu auras l’occasion de le développer et définir une fois au sein de la coopérative)

 

Au terme de cette première séance, le coach m’a annoncé que j’étais acceptée dans le programme et ce fut le début de mon aventure chez Job Yourself  !

L’accompagnement chez Job Yourself: mon expérience 

Le lundi 7 novembre 2016, je me suis donc rendue dans les locaux de la coopérative pour unepremière réunion avec le groupe dans lequel j’avais été placée. Nous étions une petite dizaine de personnes de tous âges et c’est là que nous avons fait la connaissance d’Anthony, notre coach, qui nous a chaleureusement accueillis avant de nous expliquer le fonctionnement de l’accompagnement.

 

 

En résumé, il y a 2 phases:

 

 

• La phase de préparation (de 6 mois maximum) qui peut se faire en groupe ou individuellement (au choix) et au cours de laquelle le candidat entrepreneur prépare son projet, le modifie et l’affine. À noter qu’à ce stade, il est toujours nécessaire de poursuivre sa recherche d’emploi en parallèle

 

• La phase de test (de 18 mois maximum) au cours de laquelle le candidat entrepreneur qui se sent prêt teste véritablement son projet en grandeur nature. Ici, le candidat perçoit toujours ses allocations de chômage mais n’est provisoirement plus tenu de chercher un emploi

 

 

Si au tout début, j’hésitais à suivre les coachings collectifs, j’ai rapidement changé d’avis et je me rends compte aujourd’hui de l’intérêt et de la richesse de la mise en commun. Ces réunions -hebdomadaires au début- ont abordé tous les thèmes essentiels à la création d’un projet, de la prospection clients à la fixation de ses prix, en passant par l’étude de marché.

 

De plus, et c’est là un aspect non négligeable, les contacts et les discussions avec les autres candidats -dont certains sont par la suite devenus des amis– m’ont permis de remettre pas mal d’éléments en question, d’exposer mes idées à voix haute et de récolter un grand nombre d’avis constructifs. Pour résumer mon expérience « coaching » en 3 mots, je dirais:

 

bienveillance, efficacité et inspiration

Au sein de notre groupe de 11 personnes et au terme de la phase de préparation, personnes ont finalement retrouvé un emploi en tant que salariés, candidats ont choisis de changer de projet ou d’orientation et nous sommes a être passés en phase de test à ce jour. Parmi les projets créés, on retrouve:

 

Family Time Saver: l’idée géniale de conciergerie familiale de Tali

 

Luz by Rosalinda: création d’abat-jours uniques pour les amoureux de la lumière et de la décoration d’intérieur, 100 % faits main par la pétillante Rosa !

 

ArTitom: le projet de Thomas, amoureux du bois et menuisier de talent !

 

Atelier Annelies Bruneel: l’atelier de la très créative Annelies

 

NB: Une fois en phase de test, le coaching ne s’arrête pas pour autant et tu continues d’être suivi(e) de près et accompagné(e) de manière individuelle et plus espacée dans le temps.

 

Si tu as besoin d’inspiration et que tu souhaites avoir un aperçu des types de projets que l’on peut trouver chez Job Yourself, je te conseille d’aller faire un tour sur l’annuaire des entrepreneurs.

Si tu as des questions par rapport à mon expérience au sein de la coopérative, n’hésite pas à me contacter, je me ferais un plaisir d’y répondre !

Lire aussi

No Comments

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.