COMMENT TROUVER L'IDÉE DE BUSINESS "PARFAITE"
Tu sais que tu veux lancer ton business et travailler à ton propre compte mais tu t'arraches les cheveux à essayer de trouver "l'idée du siècle". La bonne nouvelle ? Il n'est pas indispensable de trouver la meilleure idée du monde pour lancer ton activité !
Idée business, Entrepreneur, Entrepreneuriat, Lancer son activité, Indépendant
22799
post-template-default,single,single-post,postid-22799,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.7,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
EKKO STUDIO Trouver l'idée de business parfaite

Comment trouver l’idée de business « parfaite »

Tu sais que tu veux lancer ton business et travailler à ton propre compte mais tu t’arraches les cheveux à essayer de trouver « l’idée du siècle ». La mauvaise nouvelle ? Cela commence très mal puisque, à ce rythme, tu risques de te décourager rapidement et d’abandonner avant même d’avoir commencé. La bonne nouvelle ? Il n’est pas indispensable de trouver la meilleure idée du monde pour lancer ton activité !

1. Ne prends pas cette idée de « passion » trop au sérieux

« Suis ta passion« , « Vis tes rêves« , « Tombe amoureux(se) de ton job« ,… Autant de recommandations qui, à la longue, peuvent commencer à peser et à résonner comme autant de petites « menaces » sur ta vie d’indécis(e). Tu DOIS aimer ce que tu fais, si tu ne vis pas de ta passion, tu es certainement en train de rater ta vie, tu ne te lèves pas en dansant la samba pour aller travailler le matin ? J’ai bien peur que tu ne sois un(e) loser !

 

 

 

 

Bon, alors s’il est évident qu’il est hyper important d’aimer ce que tu fais, il faut arrêter de te prendre la tête avec cette fameuse « passion ». Pourquoi ? Laisse-moi t’expliquer:

 

 

 

• Tout le monde ne naît pas en sachant exactement ce qu’il/elle va faire comme métier plus tard. En réalité, si tu es comme moi et comme la plupart des gens, tu n’as/n’avais probablement AUCUNE idée de ce que tu veux/voulais réellement faire dans la vie. Rassure-toi, cela ne signifie pas que tu n’es pas passionné(e) ou passionnant(e), cela veut simplement dire que tu as besoin de plus de temps ou d’autres techniques pour découvrir ce qui t’intéresse. Comment ? Petit à petit en testant, en te trompant, en t’améliorant. Quand tu pars de rien, comme dans le cas du lancement d’un premier business par exemple, il est normal de ne pas savoir d’emblée quoi faire et comment le faire. Ne perds donc pas de vue que commettre des erreurs fait partie intégrante du processus qui t’aidera à définir ce que tu aimes et n’aimes pas. Si tu cherches un peu sur Google, tu verras que pratiquement toutes les histoires de business à succès ont commencé par des échecs cuisants, ça motive !

Le problème ici n'est pas de trouver ta passion, mais d'avoir le cran de te lancer à sa poursuite !

Quand j’ai lancé mon business, je n’avais qu’une vague représentation de ce que je voulais faire. J’aimais l’idée de l’indépendance professionnelle, le graphisme, les langues, l’écriture et le fait de pouvoir travailler de n’importe où dans le monde (lire mon article « 20 raisons de créer mon propre emploi »), mais ça se limitait à cela. Si j’avais attendu d’avoir identifié ma passion et défini mon projet à 100 % avant de me lancer, je n’aurais rien commencé et je serais toujours en train de me poser la question à l’heure d’écrire ces lignes. Ce n’est qu’une fois lancée que j’ai tout doucement pu déterminer ce qui me plaisait. En quelques mois à peine, mon projet a changé de nom, de site internet, les services proposés ont évolué, ma clientèle cible aussi et mon BMC (Business Model Canvas) a dû être entièrement repensé à plusieurs reprises !

 

 

• Personne n’aime chaque minute de ce qu’il/elle fait, c’est tout simplement impossible. La blogueuse à la vie « parfaite », le business man multimillionaire, le globe-trotteur qui vit de ses voyages ou tous ces gens qui, au même titre, semblent vivre des vies passionnées et passionnantes n’échappent pas aux journées de m****, aux doutes, aux interrogations et aux grosses remises en question. Ces personnes ont le mérite d’avoir choisi de vivre leur passion, mais cela ne signifie pas que tout est simple pour autant, c’est la vie, tout simplement !

 

 

• Tu n’es pas obligé(e) de vivre de ta passion. S’il y a des choses que tu adores faire mais que tu sens que tu as tout de même besoin de la stabilité d’un emploi comme salarié(e), rien ne t’empêche de te consacrer à ta passion/tes hobbies à d’autres moments. Tout est une question d’équilibre.

 

 

• Faut-il le rappeler mais au même titre que tu peux avoir plusieurs passions, tu peux avoir plusieurs idées ! Bien entendu, à l’heure de créer ton activité, tu devras définir les grandes lignes de ton projet afin de ne pas t’éparpiller mais rien ne t’empêche de commencer avec une idée puis d’en intégrer une autre ou de créer, sur le long terme et quand tu manieras bien les rouages de l’entrepreneuriat, d’autres projets. Si tu sens que tu as besoin de guidance et de conseils, je t’invite à te renseigner sur les coopératives d’activités (lire mon article: « Se lancer avec une coopérative d’activité »)

 

 

 

Je pourrais continuer à écrire sur cette fameuse passion pendant longtemps, mais je vais m’arrêter ici en espérant que tu as compris qu’attendre indéfiniment de découvrir ta passion profonde pour trouver une idée parfaite et lancer ton business est bel et bien inutile.

2. Sois original(e) …mais pas trop !

À moins que tu ne sois le nouveau Mark Zuckerberg ou la prochaine Sara Blakely (fondatrice américaine de SPANX devenue multimillionaire grâce à son idée), passer des mois à essayer de créer un nouveau marché en cherchant une idée de génie révolutionnaire pour ton futur business est une réelle perte de temps et d’énergie. En effet, à part quelques fans invétérés de nouveautés, n’oublie pas que les gens n’achètent en général que ce qu’ils connaissent. Si créer un nouveau marché peut bien entendu fonctionner dans certains cas, cela reste très difficile. C’est pourquoi, à l’heure de lancer ton projet, au lieu de t’acharner à tenter de trouver une idée unique et hors du commun dont personne n’aura encore jamais entendu parler, pose-toi plutôt les questions suivantes:

 

 

• Comment puis-je améliorer quelque chose (un service, un produit, une idée) qui existe déjà ?

 

• Suis-je capable de faire ce que cette autre personne fait, mais en mieux ou différemment ?

 

• Existe t-il un marché que je pourrais exploiter dans tel ou tel domaine ?

 

 

L’idéal quand tu commences est de créer une catégorie dans un marché existant et pour un public intelligemment ciblé qui connait déjà le marché sur lequel tu veux évoluer et qui sera en mesure de comprendre ton offre sans difficulté.

 

 

Pour t’aider à choisir ton marché (ton idée de business), il y a 2 axes à considérer:

 

 

• Tes compétences: si tu es particulièrement compétent(e) dans un domaine, c’est un excellent point de départ pour ta recherche d’idée(s). Peu importe ta ou tes compétence(s), il sera possible de la/les monétiser si les services que tu proposes sont cohérents, bien présentés et s’ils apportent une réelle valeur dans la vie de tes futurs clients.

 

• Ton intérêt: si tu es intéressé(e) par un sujet et ce, même si tu ne le maîtrises pas encore tout à fait, c’est une autre bonne façon de commencer tes recherches. Bien entendu, à plus long terme il faudra te renseigner sur la réalité du marché existant et éventuellement te former/te perfectionner auprès de professionnels afin d’acquérir la maîtrise préalable nécessaire au lancement de ton projet, mais tu tiens le bon bout 🙂

 

 

 

À noter que bien souvent, ces 2 axes sont complémentaires, ce qui tombe très bien !

3. Pense à quelque chose qui te frustre ou qui te manque

C’est bête, mais si malgré tout tu ne parviens pas à trouver une idée de business parmi les choses que tu aimes faire, pense aux choses qui t’énervent ou te frustrent ! Prenons l’exemple bien connu de Garrett Camp, Travis Kalanick et Oscar Salazar, les 3 fondateurs américains de UBER. C’est un soir, encore une fois frustrés de ne pas trouver de taxis disponible, qu’ils ont décidé de créer un système de chauffeurs privés (et on connait la suite de l’histoire). Dis-toi que si tu es concerné(e) par une problématique, il est très possible que tu ne sois pas le/la seul(e) dans le cas et cela signifie qu’il y a peut-être une bonne idée de business à exploiter derrière !

4. Observe ce qui se fait à l’étranger

Ici, on reprend un peu l’idée du point 2, mais j’insiste ! Plutôt que d’inventer un tout nouveau business, pourquoi ne pas adapter dans ton pays un concept qui a déjà fait ses preuves à l’étranger ? Non seulement tu vas gagner du temps en t’inspirant d’une idée existante mais le fait que celle-ci existe et fonctionne ailleurs rassurera tes éventuels futurs investisseurs. En plus, ça tombe bien, puisqu’à l’heure actuelle avec Internet, plus besoin de te rendre à l’autre bout du monde pour observer ce qui s’y fait !

 

 

Bien entendu, il n’est pas question de plagier l’idée mais bien te la remodeler et de l’adapter en fonction de ce qui te convient. Tu peux par exemple prendre le meilleur de plusieurs projets similaires qui fonctionnent et en créer un nouveau. Sur Internet, les success stories d’entrepreneur(e)s à qui l’importation à bien réussi sont nombreuses et peuvent t’inspirer à faire de même !

5. Agis, Bouge, Crée, Délimite, Expérimente (je vais me limiter aux 5 premières lettres 😉 )

Je l’ai déjà dit plus haut, mais pour trouver une idée qui fonctionne, il est indispensable d’être dans l’ACTION et d’entrer dans une dynamique de proactivité. Comment ? Voici quelques exemples:

 

 

 

• Si tu as déjà une idée de projet, imagine quel nom tu pourrais lui donner ! Écris ce qui te passe par la tête sur une feuille de papier et relis ce document souvent afin de ne garder, au final, que ce qui te plait (et en n’oubliant pas de vérifier la disponibilité du nom de domaine au préalable !). Chercher un nom t’incitera à déterminer ton offre et donc t’aidera à affiner ton idée de départ.

 

 

• Si tu as déjà un nom, pourquoi ne commences-tu pas à réfléchir à un ton futur logo et/ou à ton site internet ?

 

 

• Parle de ton projet ou de tes idées à tes proches et demande-leur ce qu’ils en pensent. Ça paraît bête, mais mettre des mots sur tes idées t’aidera à les matérialiser et, souvent, tu verras qu’à force de les exposer oralement, certaines d’entre elles se préciseront ou disparaîtront naturellement

 

 

• Fais-toi aider, en passant par exemple par une coopérative d’activité. Personnellement, je me suis fait aider par JobYourself mais il existe d’autres structures similaires qui peuvent t’apporter un soutien essentiel ou le coup de pied aux fesses qui te manquait 🙂

 

 

• Réalise un BMC (Business Model Canvas) pour ton projet ! C’est quoi ? Voici une petite vidéo (sous-titrée en français) pour t’aider à y voir plus clair

 

 

• Cela requiert un peu plus de cran, mais une fois que ton idée de projet est un peu plus aboutie, je te conseille vivement d’aller à la rencontre de clients potentiels. L’objectif ici n’est pas de commencer à vendre, mais de définir et de préciser ton offre en fonction de la demande sur le terrain. Présente ton projet aux personnes sélectionnées et demande-leur simplement ce qu’elles en pensent et comment tu pourrais améliorer ton idée. En faisant cela, tu gagneras un temps considérable !

Je vais m’arrêter ici car cela fait déjà pas mal d’informations à assimiler 🙂 Dans cet article, je ne partage que mon expérience et mes réflexions personnelles. Nous avons tou(te)s nos propres méthodes pour arriver à trouver de bonnes idées de business et si tu as d’autres techniques ou astuces, j’adorerais les lire alors n’hésite pas à les partager en m’envoyant un e-mail ou en ajoutant un commentaire dans l’espace ci-dessous. Je te laisse avec une courte vidéo qui résume bien ce dont j’ai parlé dans cet article. À bientôt pour de nouvelles réflexions et bonne recherche à toi d’ici là !

 

 

 


Lire aussi

No Comments

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.